Module II de la formation en géobiologie scientifique

Issus de nos appareils électriques 50 Hz (et 60 Hz pour certains pays), la pollution électromagnétique fait l’objet de nombreuses études de par le monde. Si en France, celles-ci n’ont pas permis d’affirmer une quelconque nuisance des CEM (champs électromagnétiques) sur la santé, certains pays affichent le principe de précaution.

Toujours est-il, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a classé les champs magnétiques dans la catégorie des « cancérogènes possibles pour l’homme ».

Extrait de la publication de l’OMS

Recommandations de l’OMS

Concernant les fortes expositions à court terme aux CEM, des effets indésirables pour la santé ont été scientifiquement établis (ICNIRP, 2003). Les directives internationales relatives aux limites d’exposition, destinées à protéger les travailleurs et le grand public de ces effets, doivent être adoptées par les responsables politiques. Les programmes de protection contre les CEM doivent comprendre des mesures fixant les valeurs limites d’exposition à ceux-ci.

Concernant l’exposition à long terme, l’OMS informe qu’il n’existe pour l’heure aucune étude suffisante permettant une évaluation des risques réels.

Et pourtant, il existe des études reconnues, notamment :

L’étude suédoise « Feychting et Ahlbom », portant sur 436 000 suédois riverains de lignes électriques à haute tension (moins de 300 m), a démontré, suite à un suivi sur 15 ans, que le risque de leucémie chez l’enfant est multiplié par 2,7 fois, lorsque l’exposition moyenne aux CEM est d’au moins 2 milliGauss (200 nanoTeslas) et par 3,8 si le CEM est de 3 milliGauss.

D’autres études, ont suscité une interrogation à propos de : la maladie d’Alzheimer, l’apparition de cancer du sein, du colon et du cerveau, les dépressions nerveuses, les troubles du rythme cardiaque, les fausses couches, les scléroses, les maux de tête, les troubles du sommeil et les fatigues chroniques.

Pour bien faire

Les professionnels de l’habitat sain préconisent un seuil de sécurité de 10 Volts par mètre (V/m) pour le champ électrique et de 2 milliGauss pour le champ magnétique.

Idéalement, on peut descendre à 5 V/m et 0,5 milliGauss (il n’est pas rare que le géobiologue dispose d’appareil de mesure déclenchant un signal pour une valeur supérieure à 5 V/m). A ces valeurs, toutes personnes, enfant en bas âge et personne électrosensible, sont assurées de vivre dans un environnement sain.

Quelques normes :

Taux d’exposition toléré aux champs magnétiques :

Suède : 2 milliGauss

Suisse : 10 milliGauss

France : 1 000 milliGauss

Grande-Bretagne : 16 000 milliGauss

TCO 03 et TCO 06 – ces normes suédoises concernant l’exposition à un champ magnétique et électrique 50 Hz à 50 cm de l’écran sont de :

10 V/m pour le champ électrique

2 milliGauss pour le champ magnétique

L’ancienne norme TCO 99 imposait les mêmes valeurs mais à 30 cm de l’écran.

Pour les téléphones portables :

TAS : taux d’absorption spécifique

SAR : specific absorption rate

DAS : norme actuelle – débit d’absorption spécifique ≤ 2 W/kg.

La norme suédoise TCO 01 impose un DAS ≤ à 0,8 W/kg.