Module I de la formation en géobiologie scientifique

Hippocrate, dans son ouvrage “A propos des Airs, des Eaux et des Lieux”, écrit en 430 avant J.-C ; déclarait :

“Celui qui veut se perfectionner dans l’art de guérir considérera comment l’endroit est disposé et s’informera du sous-sol, concurremment avec la constitution des êtres vivants.”

Depuis la plus haute antiquité, des dynasties égyptiennes, chinoises et autres civilisations, l’étude du sol était un art car ils avaient compris que si la maladie résiste, il faut aller voir où la personne habite.

C’est en Chine que sont nés le Kanyu puis le Feng Shui, quand au Vashu Shastra, on en trouve la trace dans les Veda, les livres sacrés de l’hindouisme datant de 1800 avant J.-C.


Fin 19ème siècle, à la société de Médecine de Londres, le docteur Haviland expose que la maladie est en règle général en relation avec le lieu de l’habitation.

1927, M. Stelys réalise une étude sur des maisons de Clermont-Ferrand réputés “à cancer” et découvre quelles sont situées audessus d’une faille volcanique.

1933, G. Lakhovsky publie son livre “La terre et nous”, on peut y lire : “le rayonnement tellurique et le cancer”.

1934, le président de la Chambre des Médecins de Marburg, le docteur Rambeau, réalise une étude à l’aide d’instruments de mesures physiques mettant en évidence la dangerosité des zones géopathogènes.

De 1932 à 1939, à l’aide de l‘ingénieur Lienert, le docteur Jenny réalise des tests d’exposition aux rayonnements telluriques sur des souris. Placées sur des zones géopathogènes, non seulement, elles essaient de sortir de leurs cages, mais leur espérance de vie diminue. Par ailleurs, l’étude démontre qu’elles réalisent leurs nids sur des zones neutres.

En 1947, le docteur Peyré regroupe dans son ouvrage “Radiations cosmotelluriques” ses recherches concernant l’impact d’un lieu sur la santé.

1950, le docteur Huveland, professeur de pathologie et de thérapeutique à l’Académie des Sciences de Berlin fait la relation entre les maisons et la santé. Parallèlement, le docteur Hartmann, médecin de l‘université de Heildelberg, et son frère, réalisent une étude sur le positionnement des lits et l’impact de celui-ci sur la santé. Ils découvrent un réseau géomagnétique qu’ils nommeront réseau Hartmann. Leur étude démontre l’importance du choix des lieux pour le repos et le travail.

1955, le physicien Wüst réalise des tests sur l’emplacement des lits de malades lourds et découvre une présence anormalement accrue de rayonnement gamma tellurique.

1957, Williams et Lorenz démontrent que les rayonnements gamma et la présence de gaz radon sont plus présents au niveau de failles géologiques. Le docteur Beck découvre que les enfants atteint de cardiopathie voient leur rythme cardiaque augmenté lors d’expositions aux rayonnements telluriques.

1972, l’ingénieur J.W.F Staengle réalise une étude sur des maisons dites “à cancer” et découvre à l’aide d’un scintillomètre à rayons gamma que ces dernières se trouvent à l’aplomb de cours d’eau souterrains.

Depuis les années 1980, grand nombre de personnes ont publié des ouvrages sur la géobiologie et la manifestation des phénomènes qui en résultent et leur impact sur notre santé.